Archives mensuelles : juin 2014

Choisir…

Bonjour,

Il est communément et habituel de dire qu’il est très difficile de trouver un bon professeur de chant.

C’est une remarque que nous entendons souvent, et malheureusement c’est vrai !  Mais ma grande expérience de l’enseignement du chant, confortée par le cas de Carole S., sujet de mon éditorial d’hier, fait qu’il conviendrait aussi et surtout de se poser la question suivante :

-Est-il facile de trouver un bon élève en chant lyrique et d’opéra ?

Alors c’est quoi un bon élève ?

Je répondrai en disant, qu’en dehors des qualités vocales, plus ou moins existantes mais qui s’arrangent par le travail, le bon élève est celui qui est motivé, qui sait être régulier dans les cours et persévérant pour arriver au but énoncé et voulu.

Ce n’est pas celui qui se décourage devant une difficulté, qui abandonne contre toute attente et sans préciser la raison, qui me téléphone pour me dire qu’il ne pourra pas venir aujourd’hui car il a rendez-vous chez le dentiste justement à la même heure que son cours de chant.

C’est plutôt celui qui dit à la secrétaire du dentiste qu’à l’heure proposée il n’est pas libre mais qu’avant ou après : pas de problème !

A méditer, non ?

 

Découverte d’un grand talent, d’une grande voix !

Bonjour à tous,

Ces trois derniers jours j’ai reçu en stage une jeune femme habitant la région de Liège en Belgique, se prénommant Carole.

Je ne m’y attendais pas, ce fut pour moi l’occasion de  découvrir une voix très grande et très talentueuse.

En effet :

Cette jeune femme soprano, jusque là pas d’erreur, a été formée en partie au conservatoire de Liège, duquel elle est sortie avec une voix de soprano léger, placée totalement « en arrière » donc manquant de timbre, de projection, très limitée dans ses possibilités, uniquement capable d’interpréter quelques arias de Mozart, pas tous, et quelques « chansons » allemandes.

Après lui avoir expliqué tout d’abord en théorie ce qu’est réellement la technique italienne traditionnelle qu’elle était venue découvrir, nous sommes passés à la pratique par le biais de vocalises en tout premier lieu.

Et là oh miracle ! Grâce à sa grande culture, elle parle couramment 5 langues vivantes, elle est pianiste, organiste, donne des cours de musicologie, sa grande intelligence, sa faculté d’écouter très attentivement ce que je lui disais et montrais, je me suis rendu compte qu’elle mettait immédiatement en pratique les nouveaux aspects techniques inconnus d’elle jusqu’alors, démontrant ainsi une grande et unique aptitude au chant.

Grâce à sa faculté d’intégration, elle a pu en 48 heures seulement acquérir ce que pour d’autres élèves il faut au moins 6 mois ! Absolument incroyable,  personnellement je n’ai jamais vu ça. Jamais, jamais.

Je parle en disant cela de la mise en pratique des critères et paramètres de la technique, bien entendu.

Le plus stupéfiant est que nous avons ainsi découvert, révélé, mis en valeur, avec en plus un très joli timbre, une grande voix future de SOPRANO DRAMATIQUE. Avec des graves larges, un médium puissant, des aigus jusqu’au contre ut dièse brillants à l’extrême.

« C’est plus facile pour moi qu’avant », me dit-elle soudainement.

Comme elle s’est plu à le dire aussi : adieu Mozart et bonjour Verdi.

Elle va donc travailler les ouvrages suivants : Aida, Le Trouvère, Otello,  Macbeth, mais aussi André Chénier etc. etc.

Une nouvelle voie lyrique s’ouvre pour elle et j’en suis certain une nouvelle carrière.

C’est pour moi, et avec beaucoup d’émotion, une très grande satisfaction qui me rembourse de tous les efforts accomplis durant toute ma vie, mais le plus important  est que ce stage ait pu révéler à ses yeux, tout ce que je viens de vous raconter.

Elle est rentrée hier au soir chez elle, et je l’ai laissée partir en lui cachant les larmes qui me montaient aux yeux !

Mais elle va bientôt revenir car du travail nous attend encore : mettre en place le répertoire, et des concerts en perspective à assurer.

Merci à vous Carole !

Le 19 août 2014      La bétise, la jalousie et surtout l’ignorance d’une personne de toute forme de technique de chant et de son enseignement, m’oblige à apporter la précision suivante :

- Si effectivement j’ai découvert une future grande voix de soprano dramatique, il convient de faire travailler cette jeune personne pendant des semaines pour lui apporter le placement et le développement de la voix, en fonction de ses nouvelles possibilités mises en valeur. Viendra ensuite l’étude du répertoire.

Tout cela est évident mais il vaut mieux le dire devant le côté obtus de certaines personnes.


Comme chaque année…

Chers Amis,

Comme chaque année, le mois de juillet est pour moi celui des vacances.

Je serai donc absent à partir du dimanche 29 courant, tout en restant vigilant sur ce qui se passe chez moi et sur mon/votre site ! Les boites mails fonctionneront toujours !

Cette dernière semaine est très chargée puisque je reçois en stage une jeune soprano belge fort  talentueuse.

Au mois d’août une autre doit venir travailler, et je débuterai la formation au lyrique d’opéra d’une dame déménageant de l’est de la France pour pouvoir se trouver sur place et ainsi chanter quotidiennement.

Je vous remercie de l’intérêt et même de l’amitié qui me furent témoignés durant l’année écoulée.

Bonnes vacances à tous et toutes et à bientôt.

Courriels reçus ces jours-ci

1- Reçu « d’une soprano belge, Carole S. en date du 18 mai dernier. Je cite :

« Docteur Yaeche,

En parcourant votre site, j’ai été très étonnée d’y découvrir tant de justesse concernant la voix.

Si dans l’avenir vous organisez une Masterclass, je serai très heureuse de pouvoir y participer. »

Elle vient en stage 3 jours durant à la fin de ce mois ! Merci à elle de la confiance témoignée !

2- Recu le 6 juin le message d’une autre soprano, Camille S. Je cite :

« Bonjour Monsieur Roger Yaeche,

Je viens de tomber par le plus grand des hasards (si hasard existe) sur le site de la méthode traditionnelle italienne de chant.

Quel bonheur de vous lire et de savoir qu’un maître comme vous existe.
Je souhaiterais vivement vous rencontrer.

Est il possible de prendre un cours avec vous ou de suivre une master class? Je suppose que vous êtes extrêmement pris.

Mais si par chance une rencontre était possible ce serait absolument incroyable et j’en serais tellement heureuse. »

Elle vient en stage dans la première quinzaine du mois d’août. Merci aussi à elle !

Lucienne Blanqui à Bordeaux

Rentrant d’une tournée dans le sud-ouest de la France, suivie d’une sorte de pélerinage dans la magnifique ville de Bordeaux, ma ville natale, j’ai pu rencontrer l’élève de mon Maestro Lucienne BLANQUI, qui prenait des cours quelques mois  après Luis Mariano et autant avant moi. Elle est âgée de 88 ans et se porte comme un charme. Elle est très enjouée, a beaucoup de charisme, elle est très loin de faire son âge !

J’ai pu récupérer une photo prise à l’époque de ses études, que j’insère dans la page de présentation des élèves de mon professeur.

Bien entendu nous avons beaucoup échangé, parlé, du Maestro, de Luis et de beaucoup d’autres choses.

Ci-dessous une photo prise à la brasserie Dubern, Allées de Tourny, en compagnie d’une amie et de mon épouse que l’on ne voit pas sur ce cliché.

Lucienne BLANQUI