Archives mensuelles : juillet 2016

Oui, aujourd’hui, oui !

Tu che la vanità conoscesti del mondo
E godi nell’avel il riposo profondo,
Se ancor si piange in cielo,
piangi sul mio dolor,
E porta il pianto mio al trono del Signor.
Si! Carlo qui verrà!
che parta e scordi ormai,
A Posa di vegliar sui giorni suoi giurai,
Ei segua il suo destin,
la gloria il traccerà,
Per me, la mia giornata a sera è giunta già!
Francia, nobil suol,
si caro ai miei verd’anni!
Fontainebleau!
ver voi schiude il pensier i vanni.
Eterno giuro d’amor
là Dio da me ascoltò,
E quest’eternità un giorno sol durò.
Tra voi, vaghi giardin
di questa terra ibéra,
Se Carlo ancor dovrà fermare i passi a sera
Che le zolle, i ruscelli, i fonti,
i boschi, i fior,
Con le lor armonie cantino il nostro amor.
Addio, bei sogni d’or, illusion perduta!
Il nodo si spezzò, la luce è fatta muta!
Addio, verd’anni ancor!
cedendo al duol crudel,
Il core ha un sol desir: la pace dell’avel!
Tu che le vanità conoscesti del mondo
E godi nell’avel d’un riposo profondo,
Se ancor si piange in cielo,
piangi sul mio dolor,
E il tuo col pianto mio reca a’ piè del
Signor.

Ce n’est pas pour comparer ces 2 grandes soprani mais pour écouter l’excellence de leur technique et de leur interprétation, avec sans doute un aspect de tragédienne plus grand chez La CALLAS vers qui va ma préférence…

Un instant de bonheur…

Bonjour,

En ces périodes de morosité et de tristesse et afin de mettre un peu de baume dans les coeurs, écoutons Anna NETREBKO, véritable joie de vivre, dans cet extrait du compositeur Franz LEHAR:

Que faut-il en conclure ?

Bonjour à tous,

Je me suis souvent posé la question suivante :

- Prenez une jeune fille ou un jeune homme, doués l’un ou l’autre pour le chant lyrique. Si ce jeune futur élève, que j’appellerai Claire par exemple, veut apprendre à chanter, il va tout naturellement en France, s’adresser à un conservatoire, principale institution sensée la former.

- Prenez maintenant cette même Claire, dont la famille a déménagé en Italie, pour une raison quelconque, et qui désire toujours apprendre à chanter, elle va tout naturellement encore, s’adresser à une institution équivalente de sa nouvelle patrie.

Dans le premier cas elle sera à même, dans les seuls pays francophones où elle sera engagée, de chanter Mozart, compositeur qui constituera 80 % de son répertoire.

Dans le deuxième cas, tous les compositeurs lui seront accessibles, Verdi, Puccini, Bellini, Donizetti, etc.,et même Mozart mais avec une voix autre, et elle pourra prétendre à une carrière internationale.

C’est quand même autre chose, non ? Je me garderai bien, toutefois, de donner mon avis sur cette différence. Je dirai simplement :

Concluez vous même !