Archives pour la catégorie Editorial

Je viens d’ajouter une page

Bonjour,

Je viens d’ajouter ce jour une page de plus sur mon site intitulée : « Le grand opéra va survivre », afin de laisser la part belle à toutes ces talentueuses nouvelles artistes, sopranos et mezzo sopranos, que la Russie et l’Europe de l’Est ont formées.

Par contre, les artistes masculins ne sont pas à la hauteur de leurs partenaires féminines.

Leur technique, qui n’est pas tout à fait celle de l’âge d’or de l’opéra, permettra tout de même, par sa grande qualité, de ne pas voir mourir cet art aussi merveilleux qu’est le chant d’opéra.

Merci de bien vouloir la lire.

Par ces temps si mouvementés…

Bonjour les amis,

Il est vrai que ce début d’année 2020 fut particulièrement perturbé par la crise sanitaire ce qui, entre autres raisons, explique mais n’excuse pas ce manque d’au moins un éditorial.

Aussi, je voudrais réparer aujourd’hui ce fait en vous faisant part, tout simplement, de ce message reçu hier au soir 1er août venant d’une soprano lyrique qui est mon élève depuis plusieurs mois, qu’elle a écrit suite à un compliment spontanément émis venant de mon épouse qu’elle entendait chanter un extrait de l’opéra « Adrienne Lecouvreur » en traitant les fleurs et la pelouse de notre jardin…

Je cite : « Merci Dominique aussi pour ces éloges. Je suis aussi très contente des progrès réalisés qui me permettent aujourd’hui de chanter des arias du grand répertoire.

Merci aussi à tous les deux pour notre belle amitié.

Bonnes vacances au bord de la mer »

Virginie

PS : le bonheur que ressentent mes élèves est pour moi la plus belle des satisfactions. Je n’ai rien d’autre à ajouter. Merci

 

 

Il y a un certain temps…

Bonjour à tous les amis du vrai opéra,

Il y a un certain temps que je n’ai pas rédigé d’éditorial. J’espère que tous les soucis du confinement sont maintenant terminés.

Je voudrais aujourd’hui vous présenter un ami contemporain de mon Maestro qui a fait carrière à cette époque : AURELIANO PERTILE.

Par ailleurs, en complément et en remplacement de mon livre dont les exemplaires sont en voie d’épuisement, je compte écrire dès l’automne et l’hiver prochains, des cahiers séparés en fonction de ce que les élèves me demandent, à savoir Comment classer une voix, Comment doit-on respirer, Comment soutenir la voix, Comment acquérir une belle ligne de chant, Comment chanter avec la « posizione alta » etc. etc. En essayant d’être plus complet dans chacun des fascicules, pour être plus didactique encore.

Bien entendu, le livre actuel vous fournira un grand nombre des « secrets » de cette technique incomparable et indispensable.

Toutes les demandes, remarques et suggestions sont d’ores et déjà les bienvenues, je vous en remercie par avance.

Ecoutons PERTILE dans le célèbre air de La Tosca de Puccini, interprété lentement, avec des diminués, comme il se doit, surtout dans cet aria :

Je vous informe aussi avoir créé sur YouTube une PlayListe des meilleures voix dans chacune des tessitures. Je vous invite à les écouter bien entendu. Merci.

Placido DOMINGO

Bonjour à tous,

Comme vous je suis complètement effaré du procès que les salles d’opéra les plus prestigieuses au monde et surtout leurs directeurs, font au dernier plus grand ténor, artiste complet, seul représentant de l’école traditionnelle italienne encore de ce monde.

Cet artiste, que les imbéciles et soi-disant gardiens de la vertu féminine cherchent à abattre sous le prétexte, j’en suis certain fallacieux, que 30 à 4O ans auparavant il a ou aurait harcelé et s’était mal comporté vis à vis de partenaires de sexe féminin, est totalement faux et répugnant.

Je sais que le monde de l’opéra est, comme tout ici bas, soumis au caprice des moeurs en vigueur de par une mode innommable, une Nomenklatura qui fait le jour et la nuit en ce domaine.

Il est exact, comme depuis toujours et plus encore aujourd’hui, que pour réussir un futur artiste, quel que soit son talent et son sexe, doit accepter l’inacceptable.

Mais un individu comme mon ami Placido, dont le grand talent artistique est depuis longtemps reconnu, lui qui a permis à tant d’artistes de se hisser à la plus haute marche du podium, lui qui a fait la fortune des directeurs et la renommée des salles d’opéra de  tous les continents, ne peut s’être comporté tel qu’on le décrit aujourd’hui, même s’il le reconnait, cela reste encore à prouver. Car une haute intelligence comme la sienne reste au dessus de tout soupçon !

Je crois plutôt à une basse vengeance de personnes sans grand talent à qui il aurait refusé un rôle ou simplement un prix dans l’un de ses concours de type Opéralia.

Les associations comme « MeToo », mon chat dit en se tordant de rire « Miaou-Too », devraient plutôt balayer devant leur porte !

Attention Rodolphe, il est interdit de déclarer sa flamme à Mimi…

Mirella FRENI

Bonjour à tous,

La disparition de la grande soprano Mirella FRENI met un point final aux artistes d’origine italienne formés avec la seule et véritable technique de chant de l’âge d’or de l’opéra.

Bien sûr il existe fort heureusement les artistes de sexe féminin formés en Europe de l’Est et en Russie. Cependant on peut dire qu’une page, et pas des moindres, vient de se tourner.

Ma préférence va à Suzanna MARKOVA qui possède la véritable technique ancestrale. Elle lui donne aisance, facilité, richesse harmonique. C’est une véritable soprano avec vocalises comme jadis Madame SUTHERLAND, ce qui lui permet une interprétation sans faille des plus beaux opéras de Bellini et Donizetti. Dans sa tessiture, personne  de nos jours ne lui arrive à la cheville. Et même dans la Traviata de Verdi :

Merci Suzanna !