Archives pour la catégorie Editorial

Auditions et Conseils

Bonjour,

Vu le nombre toujours croissant de demandes d’auditions, de demandes de conseils, venant de la part de nouveaux chanteurs qui me disent être sans doute mal classés par leur professeur, qui n’arrivent pas à monter dans les aigus comme si cela était une chose innée, qui ont la gorge fatiguée en voulant s’époumoner devant les difficultés d’une partition alors qu’ils n’ont pas la voix en place, qui crient etc. etc :

J’ai décidé de désormais concentrer mon activité en répondant favorablement à ces demandes reçues presque quotidiennement.

Je demande 2 heures d’audition pour avoir le temps d’expliquer ce qu’est la technique italienne traditionnelle comparée aux « différentes techniques françaises », une nouvelle par professeur…! Puis je classe leur voix, je leur apprends à respirer, je livre les secrets du placement de la voix à l’aide des vocalises adaptées  à la tessiture etc. Tout cela dans le respect de la physiologie humaine !

Je réponds à toutes les questions du jour, et une fois de retour en leur domicile à celles qu’ils voudront bien me poser selon leur motivation.

Cela constitue un travail très prenant, qui permet à ces chanteurs et élèves chanteurs venus de tous horizons d’être enfin mis sur de « bons rails ».

Actuellement les demandes proviennent de BREST, PLÕERMEL LIEGE, MONT ST AIGNAN, GENEVE.

Merci de la confiance ainsi témoignée.

UN NOUVEL AMI

Bonjour à tous et à toutes,

Après un été qui est passé au travers de différents records, à commencer par des records de chaleur, j’ai le plaisir de vous retrouver toujours fidèles et amoureux du chant digne de ce nom.

Celui qui est en train de devenir un ami fidèle vient de me contacter, un grand ténor formé à l’école italienne de Melocchi (Mario del Monaco, Corelli etc) et aujourd’hui, bien entendu, à la retraite.

Nous allons nous rencontrer, et faire physiquement plus ample connaissance.

Son nom : CLAUDIO SCADUTO, et son nom d’artiste : Claudio AVELLA.

Voici le mail que j’ai eu la grande joie de recevoir récemment. Je cite :

« Hello cher ROGER,

Je parle Italien, Français, Anglais, Espagnol….

J’ai étudié quand j’étais jeune au conservatoire BENEDETTO MARCELO di VENEZIA, avec ADAMI CORRADETTI, et dans notre classe il y avait aussi KATIA RICIARELLI !

Puis j’ai étudié avec MARIO DEL MONACO et son frère MARCELLO.

J’ai chanté après cela de nombreuses années, dont 4 ans à l’opéra de TEL AVIV sur les conseils de PLACIDO DOMINGO.

Un jour j’ai été victime d’un accident de voiture qui petit à petit, à cause du choc et du chagrin, m’a fait perdre ma voix. Mes auditions au METROPOLITAN de NEW-YORK n’ont pas pu aboutir à cause des suites de ce terrible accident de voiture, le chauffeur s’étant endormi au volant !

Depuis, ma voix est revenue, et est venu aussi l’âge de la retraite.

Vous voulez m’entendre, faites le moi savoir. Je vis à présent à la campagne en Corrèze. Nous allons nous rencontrer et alors je chanterai avec grand plaisir !

CHEERS

CLAUDIO »

Soutien de la voix et ligne de chant

Bonjour,

Je me permets de vous demander de lire et relire autant de fois qu’il le faudra le chapitre intitulé « Soutien de la voix et ligne de chant, la Posizione Alta ».

Car ce qui s’y trouve rapidement expliqué est ce qui caractérise la seule façon de chanter, bien chanter s’entend.

Le stage d’initiation est indispensable pour recevoir et comprendre tout cela, puis le mettre en pratique. Ce qui fera de vous un grand chanteur, toutes choses que l’on se refuse à apprendre et mettre en pratique en France, car ce serait une vraie révolution, celle des égos, de la stupide « exception culturelle, » de l’ignorance et de la bêtise en général !

Personne d’autre que moi ne vous l’apprendra, c’est triste mais il en est ainsi !

Merci.

Petit à petit la vérité sort du nid !

Bonjour à tous,

Merci de vous rendre dans la « Tribune des lecteurs », et lire la lettre que je viens de recevoir.

Bien entendu, je réponds personnellement à ce charmant Monsieur.

Petit à petit, donc, la vérité sort de son nid. Encore une ou deux générations et la stupidité de l’enseignement du chant en France et dans beaucoup d’autres pays finira par s’éteindre !

Je ne serai plus là pour le voir mais qu’importe : ce n’est pas moi qui compte mais le triomphe de l’excellence en matière d’Art LYRIQUE !

Un futur élève très motivé

Nous sommes au début du mois de Juin 2018. Parmi les nombreux messages, demandes de stage et autres rendez-vous, après avoir lu mon livre, ce jeune belge de 19 ans dont la 1ère leçon est fixée au mois d’août à venir, m’envoie le message suivant que je recopie très exactement :

Bonjour Monsieur Yaèche,

C’est incroyable !! Voilà une semaine que je fais les exercices de vocalise petit à petit qui se trouvent dans votre livre, et je vois déjà une grande différence lorsque je chante mes airs et ma prof aussi d’ailleurs. Je m’efforce de me préoccuper de mes sensations intérieures, au soutien, et au point d’appui et ma voix se projette comme jamais.

Ceci est déjà la preuve de l’efficacité de votre apprentissage que je vais déjà recevoir début août. C’est tout frais et tout nouveau et comme je n’ai encore pris aucun cours avec vous, je suis aux prémices de ce que je vais pouvoir faire. Mais aujourd’hui par exemple grâce aux exercices, lorsque je chantais mes airs je n’avais pas à me préoccuper de mon souffle et de mes notes aiguës, je devais simplement me concentrer sur la musicalité, sur mon intention, et sur ce que je raconte.

 Je suis donc très excité de vous rencontrer et d’avoir une première
leçon.
 
À bientôt ! 
 
Amicalement,
 
L. F.
Ce message, que je n’ai aucune raison de contester, prouve 3 choses :
1- La valeur de la technique italienne, basée sur le respect de la physiologie humaine et les lois de l’acoustique est incontestable, malgré ce que peuvent en dire ses « ennemis » qui ne la connaissent pas et surtout ne veulent pas l’apprendre de peur de « se croire sans doute stupidement déshonorés » !
2- Il existe encore des élèves intelligents et doués qui résistent à l’intoxication générale des instances actuelles.
3- Son professeur, qui est une femme que je salue ici fort respectueusement, sort du lot de ses confrères. Ces derniers ne se doutent pas que nous allons vers la disparition de l’opéra. Il devient absolument nécessaire de se rencontrer, Madame !