Archives du mot-clef posizione alta

LETTRE ÉDIFIANTE (à lire absolument)

Bonjour à tous les Amis du véritable Art Lyrique,

Je comprends aisément qu’il ne soit pas facile de traiter de tels sujets, mais faut-il pour autant se taire, ne rien dire ? Je ne le crois pas, surtout quand la triste et réelle histoire  de ce monsieur, grand amateur d’opéra, mérite qu’elle soit rapportée afin qu’elle profite aux élèves chanteurs.

La voici donc :

Dimanche dernier, une fois de plus, la colère empreinte d’une grande tristesse m’a envahi le corps et l’esprit. Je devrais pourtant être « blasé » devant tant d’ignorance, mais non, c’est plus fort que moi. Dès lors, je tiens à partager avec vous la cause de cet immense sentiment.

J’ai demandé à Thierry, l’auteur d’une lettre qu’il m’a adressée en attendant, dit-il, de venir me voir, l’autorisation de la résumer dans un éditorial.

Il m’a répondu, je le cite : 

« Oui, 3 fois OUI, vous pouvez publier mon histoire, car ce n’est pas une mésaventure mais un immense gâchis, voire un Drame. Oui, utilisez mon histoire, car il faut stopper tous ces apprentis sorciers ».

Il continue de la sorte, je le cite encore :

« A l’âge de 18 ans j’ai voulu prendre des cours de chant afin de placer ma voix. Je me rendis donc tout naturellement (?) dans le conservatoire de ma ville et là, je suis passé par toutes les tessitures, du BARYTON-BASSE (Sic !) au TÉNOR, puis CONTRE-TÉNOR, puis de nouveau BARYTON pour revenir enfin au BARYTON-BASSE. » (Édifiant, non ?)

Or nous savons tous maintenant (sauf les prétendus Profs et il y en a) que le Baryton-Basse n’existe pas, pas plus d’ailleurs qu’un « Violon-Violoncelle » ou pourquoi pas un « Piano-Orgue » etc, etc !

Je continue la lecture : « Après une année où pratiquement chaque semaine j’étais CLASSÉ DIFFÉREMMENT, je changeais de conservatoire, me rendant bien compte de l’INCOMPÉTENCE de cette prétendue « Prof de chant », tous ses élèves masculins étaient Baryton-Basse ! (Étrange, non ?)

Là j’ai compris qu’il ne suffisait pas d’être chanteur pour transmettre son savoir.

Donc une seconde année dans un autre conservatoire, (c’est bien qu’il y en ait plus d’un !) avec un professeur masculin cette fois. Celui-ci étant Basse, me dit en riant que l’on m’avait raconté des C…… et que je ne risquais pas d’être Baryton-Basse (vous y comprenez quelque chose ?)

Une fois ou deux, il fut remplacé par un de ses collègues, lui-même Ténor. Je vous le donne en mille, il me dit : Vous êtes TÉNOR mais qui monte mal dans les aigus ! (il doit confondre avec de la varappe) ! Vous l’aurez compris : j’aurais aimé être ténor mais me disais que BARYTON-MARTIN serait finalement acceptable ! (Ah ! Voilà le retour de ce fameux et pauvre Jean-Blaise MARTIN, ténor à qui on n’a pas réussi à faire acquérir la tierce aigüe. En lui « arrondissant » sa voix il ressemble à un baryton, n’ayant donc pas besoin de la tierce aigüe).

Finalement mon professeur de l’époque revint, et en ayant discuté tous les deux, déclara que j’avais sans doute un larynx de Ténor ».

En fin d’année, j’entendis parler d’un professeur qui animait une petite troupe lyrique, ancien ténor toulousain ayant chanté à l’opéra de Paris. Il me fit subir une audition et, en « lâchant les écluses » mais POUSSANT COMME UN FORCENÉ, je montais jusqu’au si naturel quand UNE IMPORTANTE STRICTION LARYNGÉE  m’obligea à cesser immédiatement !

Je poursuivis les leçons mais TOUJOURS CETTE INCROYABLE ET FORMIDABLE STRICTION !  Doutant alors d’être ténor, je pris rendez-vous avec un laryngologue à la recherche d’éventuels nodules ou polypes, lequel m’aspergea le fond de la gorge avec un spray de Xylocaïne pour pouvoir examiner ma gorge, en présence de ce dernier professeur. Ce traitement me permit de « monter » jusqu’au si naturel avec aisance, ce qui lui fit dire que j’étais définitivement ténor. (incroyable quand même !)

Malheureusement la suite fut une CATASTROPHE !

J’arrête là ce récit, véritable inimaginable feuilleton, meilleur que « Plus Belle la Vie », hélas triste à en pleurer, prouvant l’incompétence générale de la plupart de ces gens, totalement ignorants, ce qui ne les empêchent pas de me critiquer, par bêtise et par jalousie sur certains sites « bidons » et les réseaux sociaux comme Facebook ! Car il est plus facile de critiquer que de reconnaître ses erreurs et apprendre les bonnes méthodes ! Ce n’est pas pour rien que l’orgueil, même mal placé, est un péché capital !

Voici ce qu’il faut penser de tout cela :

- Un enseignant doit connaître la matière qu’il désire enseigner. En ce qui nous concerne c’est une saine technique au service d’une anatomie et d’une physiologie qu’il faut posséder à fond !

- Il est indispensable de respecter cette physiologie humaine, c’est à dire comment fonctionne le corps humain, et ne pas croire que si l’on monte facilement on est ténor, si l’on descend loin dans le grave on est Baryton, voire Basse. Car ce qu’ils ne savent pas est que l’on doit repérer, entendre, dès le premier contact avec un élève, la COULEUR de sa voix, l’étendue ne pouvant s’acquérir que par le travail des vocalises (et non pas sur des arias de grands compositeurs) ! Encore faut-il savoir le faire, ce qu’aucun ne le peut parmi celles et ceux qui m’ont été décrits et que j’ai eu l’occasion de rencontrer.

Ce n’est pas en examinant à la loupe un larynx que l’on peut le classer : erreur funeste !

Tout comme mon Maestro, je ne me suis jamais trompé, car il m’a transmis son savoir et j’ai actuellement 60 ans de pratique, en plus d’être médecin ! Qui dit mieux ?

- Ensuite il faut apprendre à respirer, et là encore mes élèves m’ont rapporté des monuments d’idioties à mourir de rire !

Puis vient le moment du placement de la voix, à l’aide donc de vocalises, en respectant les items que je fais apprendre à celles et ceux qui viennent me voir. L’apprentissage du répertoire et des airs d’opéra vient seulement à ce moment là, une fois la voix en place, dès lors c’est assez facile pour les élèves, comme une véritable récompense après tous les efforts effectués auparavant.

La morale de l’histoire : IL FAUT ÊTRE DÉTENTEUR D’UNE BONNE MÉTHODE ET AVOIR APPRIS A L’ENSEIGNER. PERSONNE NE PEUT ET NE DOIT SE DÉCLARER PROFESSEUR DE CHANT S’IL NE REMPLIT PAS LES CONDITIONS CI-DESSUS ÉNONCÉES ! (Ce qui fait que l’on n’est pas « sorti de l’auberge » comme on dit) !

- Double avantage : le respect de la physiologie humaine met le chanteur à l’abri de tous problèmes laryngés durant toute sa carrière, le placement de la voix à l’italienne permettant l’émission de sons musicaux riches en harmoniques sur toute l’étendue de la tessiture. C’est le moindre des respects que l’on doive au public qui vient vous écouter, et qui paie pour cela, et aux compositeurs ayant écrit pour les voix à l’italienne, ce qui est le cas de VERDI, PUCCINI et des autres ! Et que l’on ne me parle pas du VACCAÏ écrit bien avant l’existence de ces compositeurs !

Pour terminer sur une note optimiste et agréable, écoutons le grand artiste PLACIDO DOMINGO dans le célèbre air du 1e acte de « Manon Lescaut » de Puccini : « Donna non vidi mai » (Jamais je n’ai vu une femme comme celle-là). Un véritable modèle de chant à l’italienne avec : « attaque » des sons d’une grande précision (il respecte les 3 temps avant cette attaque : (venez me voir en stage et vous saurez de quoi il s’agit), « soutien de la voix », « ligne de chant », « posizione alta » donnant  à la voix relief et brillant, mais si difficile à faire ressentir par les élèves, respect des 3 temps, après l’attaque cette fois, durant le chant lui même, « projection » de la voix, parfaite utilisation et synchronisation de la fonction respiratoire !

MERCI DE M’AVOIR LU jusqu’au bout, CHERS AMIS !

(A l’attention de tous les amoureux du Bel Canto, et pour un de mes  élèves, jeune ténor Suisse, sur le point d’apprendre cet enthousiasmant aria) ! « Enjoy » comme on dit !

Toujours dans la démonstration du soutien de la voix, de la ligne de chant et de la  « Posizione Alta » ce qui donne brillant, relief, sentiment de respirer tout en haut d’une montagne, etc.. , toutes choses envoûtantes quand on l’écoute, voici un des plus grands et surtout le plus didactique des ténors : MARIO LANZA dans le célèbre aria de l’opéra  FEDORA : « AMOR TI VIETA » version avec la phrase musicale qui précède l’aria lui-même.

Toujours à l’intention de mon élève de Genève, mais aussi pour toutes celles et tous ceux qui veulent entendre et comprendre la technique italienne traditionnelle de chant lyrique et d’opéra qui me fut transmise et que je transmets à mon tour chaque jour depuis la prise de retraite de mon métier de MEDECIN !

Une autre version de ce magnifique ouvrage, interprété cette fois par AURELIANO PERTILE en 1930. C’EST LA MÊME TECHNIQUE, VOUS LE SENTEZ BIEN, LA SEULE VALABLE !

Orientation utile de ma pratique d’enseignant du chant d’opéra

Bonjour à tous nos Amis,

Certainement motivés par la formation que j’ai reçue, il ne se passe pas une semaine sans que je reçoive des demandes d’audition, de conseils concernant la technique italienne de chant, de la part de jeunes et de moins jeunes passionnés d’opéra et déçus par leur pseudo formation obtenue  jusqu’à ce jour, sans compter celles et ceux victimes de graves désordres vocaux qui s’en plaignent, me demandent de venir à leur secours pour savoir s’il est possible de les guérir et les aider en ce sens.

Je rappelle que ma formation de médecin, complétée par un diplôme d’enseignement supérieur de médecine générale et un autre de gériatrie, venant s’ajouter aux 10 années de formation quotidienne au chant d’opéra et à son enseignement, tout cela me qualifie pleinement pour répondre positivement aux demandes ainsi reçues. Car qui plus est, je n’ai jamais cessé d’être « plongé » dans le bain du chant lyrique et d’opéra tout au long des années de ma pratique médicale.

J’ai donc décidé de me consacrer désormais à 3 postes essentiels, à savoir :

- un volant de conseiller d’orientation afin de dire franchement à la personne en face de moi si elle possède ou pas l’étoffe indispensable pour devenir professionnel, indépendamment de toute technique de chant.

- un volant enseignement de la seule technique valable pour chanter 30 à 35 ans avec aisance et sans crainte de voir apparaître des quelconques désordres vocaux mettant leur carrière en péril !

- enfin un volant thérapeutique afin de guérir, si cela n’est pas trop tard, les larynx endommagés.

Je ne crois pas qu’il existe beaucoup de professeurs de chant ayant la même carte de visite que la mienne.

Merci à tous.

Ci-dessous merci d’écouter le ténor qui m’a mis personnellement le pied à l’étrier : MARIO LANZA (1921-1958), décédé à l’âge de 38 ans !!!
C’est celui qui incarne parfaitement la technique traditionnelle italienne de chant, sa voix étant pour les élèves très didactique, très démonstrative, notamment en ce qui concerne la « posizione alta ».

     

Angelo LOFORESE

Bonjour,

Je voudrais aujourd’hui attirer votre attention sur ce ténor, né à Milan en 1920, toujours présent parmi nous, âgé de 96 ans !

C’est un excellent ténor et, comme vous le verrez dans les vidéos ci-dessous, il chante encore à 92 ans, grâce à la technique italienne traditionnelle qui est celle qui l’a accompagné durant toute sa carrière.

Vu son âge, vu sa raideur arthrosique, ce n’est pas parfait bien entendu, et pas toujours très au ton.

Mais sans cette technique, il est bien évident qu’il ne pourrait pas faire ce que je considère comme un exploit !

Un exploit, oui, du au soutien de la voix, la « Posizione Alta » qui donnent le brillant à la voix, et  à la respiration diaphragmatique, trois des points fondamentaux de notre technique de chant. Bien entendu, il a du mal à se redresser, même à ouvrir la bouche, mais regardez bien quand il chante et prépare une note aigüe, au niveau de la ceinture de son pantalon, vous constaterez la rentrée abdominale qui compense le mal qu’il a à se redresser !

Bien entendu, à cause de sa raideur rachidienne, le soutien diaphragmatique est limité au jeu des muscles abdominaux. Le timbre est aux 3/4 perdu vu son âge, mais la beauté du chant est toujours présente grâce à la Posizione Alta, la dernière qualité qui lui reste à 100% et qui lui permet de chanter jusqu’au contre-ut. Totalement oublié, perdu de nos jours, je reste le seul à l’enseigner encore.

Ci-dessous, écoutons la fin du célèbre « Nessun dorma« , extrait de l’opéra Turandot, au cours d’une répétition à Tokyo le lendemain de son arrivée au Japon :

Puis, extrait de l’opéra « La Bohème » de Puccini, le duo d’amour de la fin du 1er acte. Extrait plein d’humour qui plus est :

J’espère que ce moment restera comme un sourire dans votre esprit, et confortera le fait qu’il n’existe qu’une seule technique pour chanter, bien et longtemps l’opéra : la technique traditionnelle italienne !

Encore une fois, je suis à la recherche d’enseignants désirant la connaître et l’enseigner également.

N’est-ce pas une bonne idée, afin de sauver l’opéra en permettant aux artistes de s’exprimer en pleine musicalité, avec facilité face aux difficultés de la partition, en toute sérénité toute leur vie durant ?

Merci, Angelo Loforese, pour cette splendide leçon de vie !

Une belle leçon de chant !

Merci, les amis, d’écouter attentivement, le duo extrait de l’opéra Aida de Verdi, scène du tombeau, enregistré en 1926, en plein âge d’or de l’opéra.

Interprété de manière sublime par Giovanni Martinelli et Rosa Ponselle. La meilleure interprétation que je connaisse, dépassant celle de Mario del Monaco et Renata Tebaldi, que pourtant j’apprécie énormément. C’est la véritable technique italienne, celle de mon propre Maestro Clemente Guearti que je retrouve ici et que j’enseigne moi-même, à savoir placement de la voix au point d’appui, « posizione alta », contrôle du souffle, la précision et le contrôle absolu de l’émission vocale avec tout le brillant du registre aigu, la puissance du médium et la « largeur » des graves. De plus le tempo, lent, témoigne aussi du contrôle vocal, avec des notes émises fortissimo, d’autres diminuées jusqu’au pianissimo sans aucune perte de la place de la voix, des attaques en demi-teinte, de la richesse harmonique du timbre, de la parfaite ligne de chant. Ici pas de falsetto, pas de « voix mixte » et autres stupidités vocales que l’on enseigne de nos jours car on ne sait pas faire autrement.

Tout cela rend cette interprétation à mes yeux sublime ! C’est comme cela qu’il faut chanter !